Arbres : Thomas Brail en lutte dans un platane devant le ministère de l’écologie

Arbres : Thomas Brail en lutte dans un platane devant le ministère de l’écologie.

Depuis ce 28 août, Thomas Brail est monté dans un platane devant le ministère de l’Ecologie à Paris. Depuis cinq jours, Thomas Brail lutte, perché dans un platane face au ministère de la Transition écologique, à Paris, pour protester contre des coupes d’arbres prévues à Condom dans le Gers, où il vit.

 

Attaché grâce à un système de cordages, il dort dans un hamac et est ravitaillé en nourriture. « Je ne suis pas prêt à redescendre de cet arbre », a-t-il expliqué. Thomas Brail entend ainsi sauver 25 platanes menacésd’être abattus dans la commune de Condom, dans le Gers.

Thomas Brail n’en est pas à son coup d’essai;Il a déjà sauvé des arbres menacés par des décisions municipales. La fois précédente, en mai dernier, le maire de Mazamet (Tarn) avait finalement décidé de ne pas couper un platane où le militant avait passé plus de deux jours. Cette fois, Thomas Brail a pris place au sommet d’un arbre situé devant le ministère de la Transition écologique et solidaire, boulevard Saint-Germain à Paris. Il souhaite que la ministre Elisabeth Borne s’engage à ce que les 25 platanes, menacés par un arrêté municipal dans la commune de Condom, ne soient pas abattus 

Il dort depuis le 28 août dans un arbre situé devant le ministère de la Transition écologique, dans le 7e arrondissement de Paris,.

« Les maires ne sont pas propriétaires des arbres situés dans leur commune », a déclaré à le militant écologisteÀ l’heure du réchauffement climatique, il faut savoir que des arbres en moins, ce sont des degrés en plus ».

Le militant écologiste, fondateur du groupe Facebook nommé « Groupe national de surveillance des arbres », se base sur l’article L350-3 du Code de l’environnement qui stipule que « le fait d’abattre, de porter atteinte à l’arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l’aspect d’un ou de plusieurs arbres d’une allée ou d’un alignement d’arbres est interdit, sauf lorsqu’il est démontré que l’état sanitaire ou mécanique des arbres présente un danger pour la sécurité des personnes ».


Il reçoit l’aide de nombreux sympathisants qui lui apportent régulièrement des vivres. Afin de le soutenir, un autre grimpeur l’a rejoint samedi 31 août au matin dans un autre arbre en face du sien.

À soutenir, à suivre … et à reproduire !

Il n’y a malheureusement pas qu’à Condom que les arbres sont sacrifiés au mépris de la Loi qui les protège mais que les maires et les présidents de département ne respectent pas en toute impunité.

À Bagnolet aussi : tout dernièrement : rue Sadi-Carnot, avenue Gambetta !

Pierre Mathon

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s