Toits solaires aux Lilas – dans Le Parisien

Toits solaires aux Lilas – dans Le Parisien.

Lu ce 10 septembre 2019 dans leparisien.fr :

« Les Lilas : les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

La première centrale solaire citoyenne d’Ile-de-France voit le jour, avec l’appui de la ville et de plusieurs autres collectivités.

(Photo :Les Lilas, le 5 septembre. La coopérative Electrons solaires cofondée par Pierre Stoeber a financé la première installation citoyenne d’Ile-de-France de panneaux photovoltaïques, sur le toit d’une école aux Lilas. LP/Claire Guédon)

 

Par C.G.

« Une aventure humaine. » Loin d’être galvaudée, l’expression que choisit Pierre Stoeber, cofondateur de la coopérative des Electrons solaires, au cœur du territoire d’Est Ensemble résume le chemin accompli ces trois dernières années. La poignée d’habitants convaincus du départ forme aujourd’hui une force de frappe de 120 sociétaires (dont nous, évidemment. Ndlr) qui ont financé la pose de 117 panneaux photovoltaïques sur la toiture de l’école Waldeck-Rousseau, aux Lilas.

L’installation proprement dite qui s’est élevée à 75 000 € s’est déroulée au mois d’août. Une petite réception des travaux était organisée la semaine passée, pour inaugurer ce qui constitue la « première centrale solaire citoyenne d’Ile-de-France », comme le souligne Pierre Stoeber.

Sept coopératives en Ile-de-France

A sa connaissance, sept coopératives se sont montées en l’espace d’un an en région parisienne dont Plaine Energie citoyenne au nord-ouest de Seine-Saint-Denis. Parmi les projets avancés, figurent ceux d’EnerCit’IF, à qui la mairie de Paris a accordé au printemps 2019, le droit d’occuper le domaine public pour construire les neuf premières centrales solaires citoyennes de la capitale.

« Ça bouillonne depuis un an ou deux en Ile-de-France. On voit des habitants qui ont envie de se mettre ensemble, pour accompagner un projet d’énergie renouvelable », confirme Julien Courtel, d’Enercoop. Ce fournisseur d’électricité verte, qui compte 80 000 clients, travaille déjà avec 250 producteurs (centrales hydrauliques et installations éoliennes et photovoltaïques).

Photo : Une partie des 117 panneaux voltaïques posés sur le toit d’une école aux Lilas. LP/Claire Guédon
CHKMB6VGKLUGFNVHKJ5EZDSX4M

L’équipement de l’école des Lilas qui couvre une surface de 200 m2 produira l’équivalent de la consommation annuelle de douze à quinze foyers. Alors, évidemment, énoncée ainsi, la démarche pourrait paraître anecdotique. En réalité, elle a valeur d’exemple. « Notre but est d’amorcer la transition énergétique et de pousser les autres, à la faire. En tant que citoyen, on ne peut pas tout mais on montre que c’est possible », détaille Pierre Stoeber.

« Prise de conscience »

Et ça fonctionne : les villes des Lilas, du Pré Saint-Gervais, de Romainville, Pantin (et bientôt celle de Montreuil) ainsi qu’Est Ensemble sont devenus sociétaires de la coopérative. Chaque part est fixée à 100 €. « En moyenne, un sociétaire prend 4,5 parts », précise Pierre Stoeber.

« C’est une convergence de volontés, résume le maire socialiste des Lilas, Daniel Guiraud. On amorce une prise de conscience, pour encourager les copropriétés et les pavillons à poser des panneaux photovoltaïques et permettre l’augmentation du solaire dans le mix énergétique. »

Financé par la coopérative, l’investissement est assuré à 20 % en fonds propres, 30 % en emprunts et le reste en subventions. Un bail de trente ans a été passé avec la ville des Lilas qui en a profité pour coupler la rénovation de la toiture de l’école Waldeck-Rousseau aux travaux de pose des panneaux photovoltaïques.

Quatre nouveaux toits en 2020

En 2020, quatre nouveaux projets d’Electrons solaires vont pousser sur les toits du collège Jean-Zay (500 m2), à Bondy, d’un immeuble de logements sociaux, à Montreuil et de deux écoles à Pantin et Bagnolet.

L’objectif est de revendre l’énergie renouvelable à Enercoop. « Nous allons soutenir 18 projets citoyens en Ile-de-France portés par trois collectifs : Electrons solaires, EnerCit’IF et Sud Paris Soleil, précise Julien Courtel, d’Enercoop. Notre idée est de leur acheter l’électricité à un tarif légèrement bonifié et nous nous engageons auprès d’eux sur vingt ans, afin de leur assurer un modèle économique stable », poursuit-il.

Deux décennies, c’est effectivement la durée estimée pour « rentabiliser les installations », indique Pierre Stoeber. « J’essaie de faire de l’écologie par des actes. On crée quelque chose qui va vivre sa vie. C’est une très grande satisfaction. » »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s