MAP / EIF : La brasserie La Montreuilloise menacée de disparition

MAP / EIF : La brasserie La Montreuilloise menacée de disparition

Finie la bière artisanale de la brasserie La Montreuilloise ? Les pseudo-engagements du Grand Paris, de la Mairie et de Bouygues accouchent de la fermeture des entreprises qui avaient trouvé – à un prix modéré – refuge dans les ex-locaux d’EIF (dans les Murs-à-Pêches de Montreuil).

Lu le 31 mai 2020 dans le Parisien.fr (avec nos commentaires) :


« Seine-Saint-Denis :

L’entreprise artisanale sera expulsée de ses locaux le 31 juillet. Elle a lancé une pétition pour demander aux pouvoirs publics de l’aider à trouver un nouveau lieu de production.

(Illustration. Les bières La Montreuilloise sont produites sous le label bio Nature & Progrès.  DR)

Par Hélène Haus

C’est un symbole du patrimoine culinaire de Montreuil, mais il pourrait bientôt disparaître. La brasserie artisanale La Montreuilloise a lancé une pétition sur le site Change.org – signée par plus de 2 600 personnes – pour demander aux pouvoirs publics de l’aider à rester sur la commune.

Installée sous un bail précaire au sein des locaux de l’ancienne usine EIF dans le quartier des Murs à pêches, l’entreprise fait – comme le reste des sociétés basées sur le site – l’objet d’une procédure d’expulsion programmée au 31 juillet prochain. (Des entreprises a-typiques avaient ainsi trouvé refuge – en raison des montants modérés du loyer – dans l’ex-usine EIF. Elles ont essayé – au début -de travailler avec Bouygues … Ndlr)

« L’usine est située au cœur d’une parcelle appartenant à l’Établissement public foncier d’Ile-de-France (qui est propriétaire des lieux pour le compte de Bouygues dont la filiale green washing a gagné le concours. Elle était opposée à 2 autres promoteurs dans un premier tour puis seule au 2ème.Ndlr) où est programmé un vaste programme immobilier contesté », explique Jérôme Martinez, le gérant de La Montreuilloise.

40 000 litres de bière bio par an

« Les travaux ne vont pas commencer tout de suite, mais le terrain doit être dépollué. On savait qu’on allait devoir partir, mais on pensait qu’on aurait plus de temps. J’avais déjà du mal à trouver un site et le confinement n’a rien arrangé. Je n’ai pas pu avancer sur mes recherches durant deux mois », regrette le responsable.

Sa brasserie, fondée en 2014, produit 40 000 litres de bière par an sous le label bio Nature et Progrès. « Je suis surtout distribué dans des magasins bios et des épiceries », souligne le brasseur, qui n’a pas été impacté par le confinement. « Je travaille peu avec les bars et les restaurants en temps normal, alors là j’ai bossé à 120 %. Les demandes des consommateurs étaient très fortes. J’ai même mis en place des livraisons à domicile dans l’Est parisien. »

Appel aux pouvoirs publics

Actuellement, Jérôme Martinez loue un local dont il occupe environ 250 m2. Il travaille seul, même s’il recrute de temps en temps des intérimaires. « C’est difficile de se développer et de créer de l’emploi quand on est dans l’incertitude comme moi. Les prix de l’immobilier ont flambé à Montreuil. Et ceux des locaux que je recherche aussi. J’ai besoin d’une certaine hauteur sous plafond, car les cuves prennent de la place », rappelle le responsable. Il souhaiterait profiter de ce déménagement pour s’installer dans une halle alimentaire qui regrouperait plusieurs artisans locaux : fleuriste, torréfacteur…

« Pour cela, il faut que les pouvoirs publics nous soutiennent », plaide Jérôme Martinez, qui envisage également de quitter la commune s’il ne trouve pas de solution. « Je n’ai pas envie d’aller ailleurs, mais je n’aurai peut-être pas le choix », s’inquiète-t-il.

La mairie souhaite (Elle peut toujours le souhaiter maintenant que le mal est fait … Ndlr) que la brasserie reste à Montreuil

De son côté, l’Epfif rappelle que « l’ensemble des occupants » de l’usine avaient été « informés de ces travaux de dépollution (Eh oui, la plupart des terrains jugés disponibles par les promoteurs et leurs clients politiques sont pollués dans le 93. Ndlr) par courrier » dès le mois de mai 2019, et assure qu’un délai de deux mois supérieur à ce qui était « normalement prévu par la convention d’occupation précaire » a été rajouté pour tenir compte de la période de confinement.

(Rappel important : les «dépollutions » sont des escroqueries dont les seuls bénéficiaires sont les entreprises du BTP et celles et ceux qu’elles arrosent. Les soi-disant dépollutions ont pour conséquence de sur-polluer les alentours du site pollué. L’exemple de Romainville (Wipelec) en est une démonstration bien douloureuse. Ndlr)

La mairie de Montreuil, elle, affirme avoir aidé le brasseur dans ses recherches de local. En vain pour l’instant. « La Montreuilloise a refusé tout ce qu’on lui a proposé, regrette Frédéric Molossi (PS), adjoint au commerce. Bien sûr que nous souhaitons qu’elle reste à Montreuil. Le projet de halle alimentaire peut également être intéressant, mais personne ne nous en avait encore parlé ! »

HélèneZanier et Pierre Mathon 

2 réflexions au sujet de « MAP / EIF : La brasserie La Montreuilloise menacée de disparition »

  1. On va devoir faire des économies dans les 18 mois à venir. La dissolution du Grand Paris et des projets qu’il nous impose s’impose. J’ai bien entendu signé la pétition.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s